ETRE AU PAIR

Vous le savez peut-être, il n’y a pas si longtemps, j’étais au pair en Irlande pendant un an. Je tenais à vous faire un article à ce sujet, parce que je pense qu’il peut être utile et intéressant, surtout si vous hésitez à vous lancer. Je tenais à faire cet article assez rapidement pour avoir encore un avis à chaud, avoir un avis récent et pas trop réfléchi ni sans trop de recul.

Dans cet article, je vais répondre à plusieurs questions qu’on se pose si on veut partir à l’étranger en tant qu’au pair. Si vous êtes en train de vous renseigner, vous avez sûrement du voir pas mal de vidéos sur Youtube, qui font assez peur pour la plupart ; mais je trouve que ces vidéos ne représentent pas vraiment la réalité.

IMG_3668

AU PAIR : QU’EST CE QUE C’EST ?

Une question importante. Voici la définition que donne Wikipédia :

Un jeune au pair doit avoir moins de trente ans dans la plupart des pays, il est logé et nourri contre une activité auprès des enfants de la famille dans laquelle il réside. Par définition étranger dans le pays où il séjourne, le jeune au pair vient découvrir la culture et souvent améliorer sa maîtrise de la langue du pays d’accueil , il perçoit un peu d’argent.

C’est aussi simple que cela, un jeune (souvent, très souvent des filles) part à l’étranger, d’ailleurs il y a très peu d’au pair en France, dans une famille locale qui va l’accueillir , le nourrir, le loger, le blanchir, le payer, en échange de la garde de ses enfants. En somme, l’argent que vous vous faites chaque semaine, c’est uniquement de l’argent de poche. Si vous êtes un garçon et que vous voulez partir, ne vous inquiétez pas, il y a des familles prêtent à vous accueillir, ce n’est pas un truc « de fille », d’ailleurs, je n’aime pas l’expression « jeune fille au pair », qui est un peu réductrice.
Ce qui est  bien, c’est que vous pouvez très bien ne partir que quelques mois, le temps d’un été, ou bien partir toute une année, ou même plusieurs, si vous êtes motivés.

P1110945 - Copie.JPG

POURQUOI PARTIR ?

Au delà de l’argent (qui est loin d’être le premier facteur de départ), les jeunes décident de partir, d’après mon expérience, parce qu’ils sont perdus. Ils (je dis « ils », mais j’en fais partie) ont la vingtaine ou sortent du bac, et ne savent pas quoi faire ensuite. Alors, pour se donner le temps de la réflexion, pour prendre une décision par rapport à leur avenir, ils décident de partir loin. Partir loin, c’est aussi s’ouvrir au monde ; on croit tout savoir, être ouvert d’esprit, avoir fait plein de choses, et puis en fait, on se sent tout petit, comme un bébé, une fois là-bas. Choisir de devenir au pair, c’est aussi vouloir découvrir une autre, une nouvelle culture (des gens, des traditions, une cuisine, une façon de vivre, des paysages…), que l’on ne connait pas, ou alors que l’on connait, mais sur le papier. Partir au pair, ça peut aussi être l’occasion d’apprendre ou de se perfectionner dans une langue étrangère, ou bien de vouloir passer du temps avec des enfants, pour se souvenir, et pour apprendre. Partir, c’est aussi l’occasion de se découvrir soi-même, de faire de nouvelles expériences (des bonnes, des mauvaises), de quitter le nid où l’on était bien au chaud, pour se confronter au monde et à la vie d’adulte, que la vie d’au pair permet de découvrir doucement et à son rythme.
On décide de partir pour diverses raisons, souvent plusieurs qui s’ajoutent les unes aux autres et qui font que partir devient nécessaire, ou en tout cas parce qu’on en a envie.

IMG_3703

P1110957

OU PARTIR ?

J’ai fait le choix de partir en Irlande pour plusieurs raisons. L’Irlande, c’est un pays que j’ai toujours beaucoup aimé (depuis que je l’ai découvert), qui m’attire, pour la beauté de ses paysages, pour la gentillesse de ses habitants, pour l’accent, pour l’herbe, qui ne peut pas être pus verte et plus belle que là-bas. Mais l’Irlande, c’est aussi un choix pratique : ce n’est pas loin, c’est dans l’union européenne, et les billets d’avion ne sont pas chers, ce qui permet de rentrer chez soi, si on en a besoin.
Au début, je voulais partir en Angleterre, à Londres, mais le fait que ce soit des livres et pas des euros me décourageait un peu ; et puis, j’ai pensé au Canada, c’est beau, le Canada, mais c’est loin, le Canada, et c’est cher, le Canada. En fait, je voulais absolument rentrer pour Noël, pour être avec ma famille, c’était la première fois que je partais de chez moi, et je ne me voyais pas passer Noël chez des inconnus qui ne parlent pas ma langue, à des milliers de kilomètres de chez moi. Donc, l’Irlande s’est imposé à moi comme le bon choix.
Bien sûr, le choix du pays dans lequel vous allez partir va dépendre de la langue que vous voulez parler/apprendre, de votre budget voyage, de vos envies, de vos rêves, aussi.
Renseignez-vous bien avant de partir sur le pays que vous avez choisi, regardez le prix des billets, le coût de la vie sur place, ce qu’il y a à visiter, le prix des assurances… Tout cela est à prendre en compte et n’est pas à négliger.

P1120307 - Copie

P1120323

COMMENT PARTIR ?

Voilà une question très importante selon moi. Vous partez seul(e), dans un pays que vous ne connaissez pas, chez des gens que vous ne connaissez pas, parler dans une autre langue que votre langue maternelle, rester avec des enfants que vous ne connaissez pas encore et qui peuvent vous rendre la vie difficile. Bref, ça paraît bien sur le papier mais en réalité ça passe, ou ça casse ; votre rêve peut très bien se transformer en réalité, mais il peut aussi devenir un cauchemar.
Si vous comptez devenir au pair, passez par une agence ! Je ne compte pas le nombre de personnes que j’ai rencontré en Irlande et qui ont du repartir en France ou changer de famille d’accueil parce que ça se passait mal. Je sais qu’il y a plusieurs vidéos en ligne sur Youtube de témoignages de personnes qui ont vécu un enfer en étant au pair et qui font assez peur, mais ne vous y fiez pas.
Si vous passez par une agence, vous aurez la garantie d’être dans une famille qui s’est engagée et qui a payé pour pouvoir accueillir quelqu’un dans sa maison et au sein de sa famille. Si vous passez par une agence, certes vous payez, mais vous ne tomberez que sur des familles sérieuses, avec des photos, de nombreuses précisions, une obligation d’un coup de fil ou d’un appel vidéo, bref, vous savez où vous mettez les pieds, vous pouvez voir si le feeling passe bien avant même de partir ; et si le courant ne passe pas, l’agence peut vous faire d’autres propositions.
Une fois là-bas et même en passant par une agence, il peut arriver que la famille ne vous convienne pas, soit parce que vous ne vous y sentez pas bien, et dans ce cas là, le problème est plutôt personnel, soit vous ne vous entendez pas avec la famille, ce qui n’est pas grave du tout, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, surtout quand il s’agit de s’occuper d’enfants qui ne sont pas les vôtres.
Beaucoup de futurs au pairs passent par AuPairWorld, et libre à vous de le faire, mais je préfère vous donnez des conseils par rapport à ce site internet. Vous devez poser des questions à votre famille avant d’aller là-bas, on ne va pas chez des inconnus sans les connaître un minimum, donc je vous mets une liste de questions que vous pouvez et que vous devriez poser à une famille dont le profil vous intéresse et vous correspond.

P1120683

 

 

Tout d’abord, les choses que vous devez savoir : 
– le nom de la famille (prénom et nom de famille des deux parents, s’il y en a deux)
– connaître la situation familiale : travail, situation maritale des parents, nombre d’enfants
– où ils habitent précisément : demandez l’adresse exacte (vous pouvez ensuite aller voir sur google maps), si vous voulez, n’hésitez pas à demander des photos de la maison
– l’accessibilité : comment se rendre dans la ville la plus proche, quel moyen de transport sont à disposition, comment se procurer une carte de bus…
– les enfants : combien y a-t-il d’enfants, quel âge ont-ils, que font-ils (école, activités extra-scolaires…), qu’est-ce qu’ils aiment, quelles sont leurs habitudes, s’ils ont des allergies, s’ils sont difficiles ou faciles à  vivre, s’ils sont bruyants…
– votre espace : est-ce que vous avez une chambre rien qu’à vous (vous devriez), est-ce que vous avez votre propre salle de bain, n’hésitez pas, là encore, à demander des photos si ça peut vous rassurer

N’hésitez surtout pas à demander toutes ces choses, certes, c’est vous qui allez dans cette famille, mais si vous le faites, c’est avant tout pour vous et vous devriez vous sentir chez vous là-bas.

Ensuite, il s’agit de poser des questions par rapport à votre « travail » (sachez que personne ne considère être au pair comme un travail, mais plutôt comme une expérience) là-bas :
vos horaires : même si vous habitez sur place, vous aurez quand même des horaires, je vous conseille de choisir une famille qui vous laisse vos week-end de libre, c’est beaucoup plus pratique pour vous, et toutes les autres au pair que vous allez rencontrer sont libres le week end
En général, on ne travaille pas plus de 30 heures par semaine, plus un baby-sitting occasionnel
– votre argent de poche : c’est important d’en parler, sachez que peu de famille vous donneront en dessous de 100€ par semaine, souvent, vous aurez cet argent en liquide.
Personnellement, pour 25 heures de travail hebdomadaire, je gagnais 130€ par semaine (et plus si je faisais plus, si les enfants sont malades par exemple)
– les enfants : qu’est ce que vous aurez à faire avec eux (les réveiller, les préparer, les emmener à l’école ou aux activités extra-scolaire, faire à manger, aider au devoir, jouer…)
– vos tâches ménagères : attention, les taches ménagères ne doivent concerner que les enfants ou presque, si les parents vous demande tout le temps de faire à manger pour eux, de changer leurs draps ou de faire leur lessive, ce n’est pas normal, sauf s’ils vous paient en plus ; vous n’êtes pas là pour les parents, mais pour les enfants, il ne faut pas l’oublier. Vous aurez sûrement à passer l’aspirateur, la serpillière, faire un peu de vaisselle et machine, étendre le linge… Mais rappelez vous quand même que vous n’êtes pas quelqu’un qui fait le ménage, vous êtes là pour garder les enfants avant tout.

P1120005 - Copie

Selon moi, vous devez faire un appel vidéo avec la famille, je sais que c’est énormément de stress, mais dîtes vous que la famille est sûrement habituée, et qu’il vaut mieux 15 minutes de gêne plutôt que d’aller là-bas pendant un an et d’être malheureux. Plus qu’un simple appel, l’appel vidéo vous permet de voir le visage de la famille, et vous pouvez tout de suite savoir si vous êtes à l’aise avec la ou les personnes, s’il y a un bon feeling. Vous pouvez ressentir plus de choses que s’il s’agit d’un simple appel téléphonique.
Si vous n’êtes pas à l’aise avec la langue parlée, dîtes à la personne pendant l’appel que vous avez beaucoup de questions à lui poser mais que vous n’êtes pas à l’aise et pas sûr de tout comprendre, dîtes lui que vous préférez lui envoyer les questions par écrit, et si vous ne comprenez pas, vous pourrez toujours traduire ce qui est écrit.

Mon agence : 
Je suis passée par Oliver Twist, une agence qui m’a été recommandée. Je ne suis jamais allée dans l’une de leur trois ou quatre agences réelles, j’ai, à chaque fois, communiqué avec eux par mail. Je bien aimé le professionnalisme de l’agence, l’inscription est de 300€ mais vous avez un dossier très complet à remplir et vous êtes sûrs de trouver une bonne famille. Il me semble que vous avez le droit à trois propositions de familles, et l’agence exige un appel entre la famille et l’au pair, de plus, toutes les familles sont vérifiées avant de vous être proposé. On vous fait une proposition de famille uniquement par ce que celle-ci correspond à ce que vous recherchez (nombre d’enfants maximum, âge des enfants, localisation…). Ils vous suivent du début à la fin, en partant de la famille et du billet d’avion en allant jusqu’à votre retour dans votre pays, ce qui est, je trouve, très rassurant.
Ce que je reproche à cette agence, c’est son manque de personnalisation quant au suivi. Tout au long de votre séjour, je vous l’ai dit, ils gardent contact avec vous, jusqu’à ce que vous rentriez chez vous ; cependant, ce que je trouve dommage, c’est que les mails qui vous sont envoyés ne sont pas personnels, c’est du copié-collé qui est envoyé à tout le monde (bien que les réponses soient personnelles). A un moment donné de mon séjour, j’ai voulu demander un conseil à l’agence, et au lieu de répondre simplement à ma question, l’agence à contacter ma famille d’accueil sans même m’en avoir parlé avant, ce que je trouve dommage. A part ce léger problème de communication, qui peut ne pas en être un, l’agence est vraiment top !

P1120103

LA VIE QUOTIDIENNE

Une fois arrivé sur place, vous allez vite être plongé dans le bain ! Les parents vous font confiance et vous laisse seul avec les enfants sans problème (après un petit temps d’adaptation et d’explications, bien sûr) ; ce que je veux dire par là, c’est qu’en vous invitant à vivre chez eux et à faire partie de leur vie, les familles vous offre leur confiance, vous êtes quand même responsable de leurs enfants ! Si vous sentez que ce n’est pas le cas, alors pour moi il y a un problème, parce que ça vous empêche de vous sentir à l’aise et chez vous.
Le communication est très importante là-bas, même si au début, ça va être un peu bizarre pour vous, plus vous allez parler, mieux vous aller vous sentir bien. Donc si jamais vous avez des problèmes, que vous ne vous sentez pas bien, ou que vous sentez que vous avez de grandes difficultés à parler, ou à gérer les enfants soit parce que vous n’êtes pas à l’aise soit parce que les enfants sont difficiles, parlez-en avec les parents, ou du moins, avec votre agence ! C’est, je dirai, le point le plus important !

Quand je suis arrivée en Irlande, la famille dans laquelle j’étais à tout de suite voulu me mettre à l’aise et me proposait régulièrement de sortir avec eux, d’aller à la piscine, au cinéma, en promenade… Même si je n’étais pas du tout à l’aise, la famille faisait tout pour me faire sentir chez moi, les parents m’ont expliqué qu’ils étaient plus là pour être mes amis que pour être une figure d’autorité, qu’il ne fallait pas que j’hésite à leur parler, surtout si j’avais envie de rentrer chez moi. Au fil du temps, j’avais vraiment l’impression de faire partie de la famille, on parlait de tout, on rigolait, on allait au restaurant, je côtoyais souvent les grands-parents, j’ai reçu des cadeaux à Noël et pour mon anniversaire, j’étais vraiment contente d’être avec cette famille.
Quoi qu’il en soit, vous êtes aussi là-bas pour sortir de votre zone de confiance, pour découvrir de nouvelles choses, donc il faut aussi que vous y mettiez du votre.

P1110957

Je vous mets mon emploi du temps juste en dessous, pour que ce soit plus clair pour vous, mais sachez que chaque famille et différente et que ça peut changer d’un jour à l’autre parce que les emplois du temps des parents peuvent être différents. Pour info, je me réveillais tous les jours à 7h, j’avais trois garçons de 4, 9 et 11 ans.

Lundi :
7h45 : réveil des deux grands enfants, préparation du petit déjeuner (porridge, céréales, toasts…
entre 8h15 et 8h30 : départ pour l’école (le grand-père venait les chercher)
8h30 : réveil du petit (s’il n’était pas déjà réveillé)
de 8h30 à 9h10 : préparation du petit déjeuner, l’aider à s’habiller, préparer le cartable…
9h15 je l’emmène à l’école qui est à 100 mètres de la maison

J’ai fini ma journée, la grand mère les garde. De temps en temps, je retravaillais le soir pendant une heure, quand les deux grands étaient à leur entraînement de football, en attendant que l’autre parent rentre.

Souvent, j’allais à la salle de sport ou au Starbucks l’après-midi, ou je partais me promener, bref je faisais ce que je voulais.

mardi : 
7h45 : réveil des deux grands enfants, préparation du petit déjeuner (porridge, céréales, toasts…
entre 8h15 et 8h30 : départ pour l’école (le grand-père venait les chercher)
8h30 : réveil du petit (s’il n’était pas déjà réveillé)
de 8h30 à 9h10 : préparation du petit déjeuner, l’aider à s’habiller, préparer le cartable…
9h15 je l’emmène à l’école qui est à 100 mètres de la maison

12h15 : je vais chercher le petit à l’école
de 12h15 à 14h45 : je mange, je donne à manger au petit, je joue avec lui…
de 14h45 à 16h : les deux grands arrivent, je leur donne à manger et les aide à faire leur devoir
de 16h (environ) à 17h : préparation du dîner (oui, ils mangent très tôt) souvent des choses simples, pâtes, nuggets, pizza, brocolis, carottes…
de 17h à 17h30 : heure du repas
de 17h30 à 18h15-30 : temps de jeu avec le plus petit et parfois les deux grands (qui jouent sur leur console…), puis arrivée des parents

mercredi :
7h45 : réveil des deux grands enfants, préparation du petit déjeuner (porridge, céréales, toasts…
entre 8h15 et 8h30 : départ pour l’école (le grand-père venait les chercher)
8h30 : réveil du petit (s’il n’était pas déjà réveillé)
de 8h30 à 9h10 : préparation du petit déjeuner, l’aider à s’habiller, préparer le cartable…
9h15 je l’emmène à l’école qui est à 100 mètres de la maison

Après, je fais ce que j’ai à faire : vider la lave-vaisselle étendre le linge, ranger un peu, faire ma lessive… J’ai fini ma journée, la grand mère les garde. De temps en temps, je retravaillais le soir pendant une heure, quand les deux grands étaient à leur entraînement de football, en attendant que l’autre parent rentre.

Souvent, j’allais à la salle de sport ou au Starbucks l’après-midi, ou je partais me promener, bref je faisais ce que je voulais.

jeudi : 
7h45 : réveil des deux grands enfants, préparation du petit déjeuner (porridge, céréales, toasts…
entre 8h15 et 8h30 : départ pour l’école (le grand-père venait les chercher)
8h30 : réveil du petit (s’il n’était pas déjà réveillé)
de 8h30 à 9h10 : préparation du petit déjeuner, l’aider à s’habiller, préparer le cartable…
9h15 je l’emmène à l’école qui est à 100 mètres de la maison

12h15 : je vais chercher le petit à l’école
de 12h15 à 14h45 : je mange, je donne à manger au petit, je joue avec lui…
de 14h45 à 16h : les deux grands arrivent, je leur donne à manger et les aide à faire leur devoir
de 16h (environ) à 17h : préparation du dîner (oui, ils mangent très tôt) souvent des choses simples, pâtes, nuggets, pizza, brocolis, carottes…
de 17h à 17h30 : heure du repas
de 17h30 à 18h15-30 : temps de jeu avec le plus petit et parfois les deux grands (qui jouent sur leur console…), puis arrivée des parents

vendredi : 

7h45 : réveil des deux grands enfants, préparation du petit déjeuner (porridge, céréales, toasts…
entre 8h15 et 8h30 : départ pour l’école (le grand-père venait les chercher)
8h30 : réveil du petit (s’il n’était pas déjà réveillé)
de 8h30 à 9h10 : préparation du petit déjeuner, l’aider à s’habiller, préparer le cartable…
9h15 je l’emmène à l’école qui est à 100 mètres de la maison

tâches ménagères et temps libre

12h15 : je vais chercher le petit à l’école
de 12h15 à 14h45 : je mange, je donne à manger au petit, je joue avec lui…
de 14h45 à 16h : les deux grands arrivent, je leur donne à manger et les aide à faire leur devoir
de 16h (environ) à 17h : préparation du dîner (oui, ils mangent très tôt) souvent des choses simples, pâtes, nuggets, pizza, brocolis, carottes…
de 17h à 17h30 : heure du repas
de 17h30 à 18h15-30 : temps de jeu avec le plus petit et parfois les deux grands (qui jouent sur leur console…), puis arrivée des parents

samedi/dimanche : temps libre
Etant donné que je passais la plupart du temps à l’intérieur de la maison, j’essayais de sortir un maximum le week-end. J’allais sur Dublin ou autre avec des amis, et je faisais vraiment ce que je voulais (visite, shopping, restaurant…)

Activités : vous pouvez aller voir mon article sur Que Faire à Dublin ? pour voir ce que je faisais pendant mon temps libre.
De temps en temps, je partais en week-end pour visiter des villes d’Irlande avec des amis, soit via mon agence qui propose des voyages, soit par moi-même.

P1120254 - Copie

P1120248

QUEL BILAN ?

J’ai passé presque 10 mois en Irlande, et franchement, au début, je voulais rentrer en France, mais début juillet, je n’avais qu’une seule envie, c’était de rester là-bas, parce que j’avais fait des découvertes incroyables, j’avais fait la connaissance de gens que j’appréciais énormément, j’avais voyagé dans des endroits trop cool… Donc le retour à été difficile pour moi, même si tout s’est bien passé !
Pour autant, je ne crois pas que je referais au pair à nouveau, parce que s’occuper d’enfants, c’est pas trop mon truc, même si je me suis beaucoup attaché à eux, ça demande beaucoup de patience et d’altruisme, et puis maintenant, j’ai envie d’avancer, je faire autre chose, de reprendre mes études, j’avais quand même envie de retrouver ma vie !
Au niveau de l’anglais, j’ai beaucoup progressé, peu à l’écrit finalement, même si je tenais un carnet avec tout mon nouveau vocabulaire, mais surtout à l’oral, j’ai vraiment un langage assez idiomatique et ça fait plaisir, parce que je comprends très bien quand on me parle et je peux très facilement répondre, donc c’est une grande fierté pour moi.
Au passage, beaucoup d’au pair passent un examen lorsqu’elle sont à l’étranger pour confirmer leur niveau en langue, ce n’est pas mon cas, mais vous pouvez en parler avec votre famille d’accueil et ils sauront vous diriger. C’est aussi important d’avoir la confirmation que ce qu’on a fait pendant un an n’est pas vain, c’est pour ça que je compte passez un examen en C1 ou C2 d’ici peu.
Pour le moment je garde contact avec la famille et je compte bien garder ce contact. On s’envoie des messages régulièrement et j’aimerais bien, dans un futur proche, leur rendre visite.

P1120318 - Copie

Voilà, je pense avoir fait le tour de mon expérience d’au pair ! Si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser en commentaires, et à me dire aussi, si vous avez été au pair, comment votre expérience s’est passée !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s